Informations

En bref :

Superficie : 1325 ha

Nombre d’habitants au dernier recensement (2016) : 683

Communauté de commune du Val de Drôme : http://www.valdedrome.com/

Canton : Crest

Région Rhone Alpes : http://www.rhonealpes.fr/

Office de tourisme de Crest : http://payscrestsaillans-tourisme.com/

Destination vallée de la Drôme : http://valleedeladrome-tourisme.com/

La Drôme tourisme : http://www.ladrometourisme.com/


A trois kilomètres de Crest, son chef lieu de canton, la commune, traversée par la RD 538 itinéraire de délestage, s’est établie à une altitude moyenne de 210 mètres. D’une superficie de 1 325 hectares, comptant une population de 683 habitants, elle est membre de la Communauté de Communes du Val de Drôme.

D’un point de vue féodal, la commune de Divajeu formait trois terres : Choméane, Divajeu, et Lambres, premièrement possédée par les Arnaud de Crest qui la soumire au fief des évêques de Die en 1145.
La terre de Divajeu passa ensuite aux Viennois, le château de Divajeu et le fief de Choméane à Jordanon d’Urre (Eurre).
Choméane, fief démembré de la terre de Divajeu, passa par héritage des Eurre, au Glane de Cugy en 1540. Ils le vendirent en 1611 aux Moretons de Chabrillan ; ceux-ci l’ayant fait comprendre en 1674 dans le marquisat de Chabrillan en sont demeurés Seigneurs jusque la révolution.
Ainsi Choméane, pendant 71 ans, a appartenu au Glane de Cugy, et pendant 178 ans fit partie de Chabrillan.

Arrosée par plusieurs cours d’eau, ruisseaux Le Lambres, Le Rif Noir, Le Merdarie , au Nord par la rivière Drôme, la commune à vocation rurale, base son activité principale sur la production de semences, ail, tournesols, graines potagères, que complète des élevages ovin, avicole, gibier. On trouve aussi d’autres activités, une centrale à béton, un ferronnier d’art, un artisan électricien, un artisan en maintenance industrielle.

En ce qui concerne le patrimoine bâti on remarque, quartier du haut Divajeu,

  • le château privé qui domine la plaine, dont sont encore visibles les vestiges de ses anciens remparts ;
  • la chapelle Saint Blaise, ancienne chapelle du château datant du 14ème siècle, agrandie au 16ème, est maintenant communale ;
  • les vestiges de l’ancien village où seules deux maisons sont encore habitées.

Quartier de Lambres, aujourd’hui village de Divajeu, se sont établies, la mairie, l’école publique, le bar restaurant Les Tonnelles (le restaurant « les tonnelles » n’existe plus) et, dominant l’ensemble, l’église monumentale Saint-Lambert et son très haut clocher. Cet édifice, privé à l’origine, a été inauguré en 1896. C’est le 15 mars 1896, que Monsieur P. Girardon l’a offerte à la commune de Divajeu à titre de don gratuit, accepté par elle.

A l’époque de l’élevage des vers à soie (600 mûriers sur la commune), deux filatures existaient sur le territoire communal :

  • Une quartier les Porteronds, transformée en maison d’habitation
  • L’autre quartier de Choméane, aujourd’hui aménagée en établissement d’enseignement « la Maison Rurale et Familiale de Divajeu », qui accueille aussi une antenne de la Chambre d’Agriculture et le Syndicat Caprin.

Ces anciennes filatures utilisaient l’eau comme force motrice et comme petites mains les jeunes femmes de la commune et de celles environnantes.

Sur le plan touristique la commune possède des structures d’accueil pour les touristes : chambres d’hôtes, gites, auberge à la ferme de Ranchy.

Le domaine de Vincenti, située quartier de Choméane, l’ancienne ferme de caractère, actuellement réaménagée, est un lieu de séjour exceptionnel, disposant de sept gites, d’un grand parc avec piscine. C’est certainement le plus beau domaine privé de la commune.

Pour leur divertissement les vacanciers venant à Divajeu pourront pratiquer la marche, un réseau de sentiers balisés existe sur la commune et les environs, la baignade, dans la rivière Drôme ou à la piscine de Crest et se divertir avec les activités proposées et organisées par le Centre d’animation, le Club des aînés, l’Association Communale de Chasse Agréée.

Divajeu n’est peut-être pas une commune unique, mais avec son histoire, sa tranquillité, son accueil, il y fait bon vivre.

Souce : document gracieusement écrit et donné à la commune par Mme Yvette Colombier